Mieux connaître les « Corys »

Mieux connaître les « Corys »

Publié le : - Catégories : Default

Dans le n°147 de L’Aquarium à la maison, le spécialiste des poissons de fond, Ingo Seidel, nous présente les Corydoras du Suriname. Vous découvrirez des espèces peu fréquentes, voire rares, mais retrouverez aussi des poissons plus connus !

 

 

Photo : Ingo Seidel

Malgré une présence en aquarium depuis très longtemps (à noter qu'au niveau scientifique, le genre Corydoras a été décrit dès 1803 par  le zoologiste français Lacepède !), les amateurs connaissent parfois mal ces « petits moustachus ». À tel point que malgré leur robustesse, certains n’arrivent pas à les maintenir. C’est fort regrettable, d’autant qu’avec juste quelques informations de base, on peut combler de bonheur ces poissons qui le méritent bien.

 

Les Corydoras ne sont pas forcément ceux que l’on croit

 

C’est à raison que l’on considère les « Corys » comme des poissons-chats, puisque ce sont bien des Siluriformes. Et comme les autres silures, ils sont dotés d’organes sensoriels : les fameuses « moustaches » (d’où l’appellation « poisson-chat ») qui leur permettent de détecter avec une étonnante efficacité leurs proies au sol. Oui, on parle bien de proies car contrairement à ce qui est souvent véhiculé, les Corydoras ne sont pas détritivores (se nourrissant de divers déchets), mais bien carnivores ! Parmi leurs mets favoris, on note les vers de vase rouges (larves de chironomes).

Donc, pour des Corydoras en bonne santé, il est très important de varier le menu, d’offrir des proies vivantes ou congelées et de s’assurer que la nourriture tombe bien à leur portée. D’ailleurs, de nombreux fabricants aquariophiles proposent de la nourriture pour poissons de fond. Elle est vivement recommandée. Par contre : prenez bien garde qu’il ne s’agisse pas d’aliments pour espèces végétariennes (comme les Ancistrus, plécos, etc.), mais bien pour poissons « carnivores ».

 

La plupart des Corydoras (ici C. paleatus, le cory poivre-et-sel) apprécient la vie en groupe. Ils requièrent aussi une nourriture fraîche, éventuellement préparée, disponible au niveau du sol. Ils ne se nourrissent PAS de déchets. Il faut bannir du langage le terme « femme de ménage » pour ces poissons. Aucun poisson ne « nettoie » l’aquarium : c’est à vous de le faire.

Photo : Philippe Chevoleau

 

Si les Corydoras sont dotés de moustaches, la comparaison avec notre chat domestique s’arrête là. Ainsi, contrairement au célèbre mammifère, il ne s’agit pas d’animaux solitaires. En milieu naturel, c’est souvent par dizaines d’exemplaires, voire plus, que les « Corys » vivent et se déplacent. Seules quelques espèces vivent en solitaire ou en couple. Cela ne concerne pas ceux présents habituellement dans le commerce et qui apprécient la présence de leurs congénères (à maintenir en groupe de 4-6 individus, au minimum).

 

Le saviez-vous ? 99% des Corydoras sont particulièrement pacifiques. Mais il y a des exceptions ! Ainsi, les mâles Corydoras barbatus sont connus pour être très agressifs entre eux, avec parfois la mort des sujets dominés.

 

Il y a aujourd’hui environ 165 espèces chez les Corydoras, qui appartiennent à la grande famille des Callichthyidés (tout comme les Dianema, Hoplosternum et autres, plus rares dans le hobby). Et de nombreuses autres encore non identifiées devraient grossir prochainement les rangs de ce genre incontournable en aquariophilie.

 

Dans notre numéro en cours…

 

Vous aimez les Corydoras ? Alors précipitez-vous dans votre kiosque habituel ou chez votre revendeur partenaire pour lire notre Carnet d’exploration du n°147, consacré aux Corydoras du Suriname. Vous pouvez aussi commander notre magazine en ligne (frais de port offerts) au lien suivant :

https://www.aquariumalamaison.com/le-magazine/386-aquarium-a-la-maison-n-147-septembre-octobre-2021.html

 

Bonne lecture… et n’oubliez pas que les corys vivent longtemps, très longtemps ! À condition de leur assurer la meilleure maintenance, évidemment.

Philippe Chevoleau 

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)